ASSOCIATION SPORTIVE VOUNEUILLOISE : site officiel du club de foot de VOUNEUIL SUR VIENNE - footeo

COUPE DE LA LIGUE: La réaction de Didier Deschamps

16 avril 2012 - 09:35

Vainqueur de la Coupe de la Ligue avec l'Olympique de Marseille, Didier Deschamps est un entraineur heureux. Fier de ses joueurs, le coach marseillais a tenu à remercier tous les membres du club.

 

Rappelant très justement qu'il a permis depuis son arrivée à l'OM de gonfler considérablement son palmarès, Didier Deschamps estimait après la victoire face à Lyon qu'il a lui aussi sa part dans ce nouveau succès.

Didier Deschamps, la victoire est venue au bout du bout…
Oui, au bout du bout. C’était un match âpre, disputé, assez fermé. Notamment en première mi-temps. En deuxième, nous avons fait un peu plus que Lyon. La délivrance est venue tardivement, mais, comme j’aime le dire et le répéter, une finale ne se joue pas, elle se gagne. Donc évidemment que c’est une grosse satisfaction d’avoir pu gagner un deuxième titre cette saison.

Une grosse satisfaction et également une grosse bouffée d’oxygène ?
Non, ça ne changera pas, ça. Notre saison en championnat est mauvaise. Elle n’est pas à la hauteur de ce qu’on est capable de faire. Mais à côté de ça, c’est le sixième titre en deux ans, avec une moyenne de deux par an. Nous nous sommes aussi hissé en quarts de finale de la Ligue des Champions alors que le club n’avait plus connu ça depuis plus de vingt ans. Quoi qu’il arrive, le mérite en revient aux joueurs bien évidemment. Ceux qui sont avec moi depuis trois ans comme ceux qui ont rejoint l’aventure en cours. Et puis toutes ces personnes qui sont là au quotidien pour faire en sorte que ça fonctionne bien. A l’heure du bilan, les titres seront là et resteront là. Personne ne pourra nous les enlever. Même pas mes pires ennemis. 

A qui pensez-vous ?
A personne. J’ai dit pires ennemis au pluriel, car si je le mets au singulier, vous allez toujours penser à la même personne. Remonté ? Non, je ne suis pas remonté. Je trouve tout à fait logique, en tant qu’entraîneur, que ce soit de ma faute quand ça ne va pas. Et bien ce soir (samedi soir), c’est aussi de ma faute, vu que ça a été six fois de ma faute. Ce club n’a rien gagné pendant 17 ans. Je suis désolé, il y en a qui ont fait du très bon travail. Il y en a d’autres qui en feront après moi. Et si je dis ça, ce n’est pas parce que je m’en vais demain, bien au contraire. Il y a des choses qui sont indélébiles et les titres en font partie. Je suis très fier de ça, même si je ne m’accapare pas ce succès. C’est toujours facile de tirer la couverture à soi après une victoire. Quand ça ne va pas, c’est ma responsabilité, je l’accepte. Mais quand ça va, c’est aussi un peu ma responsabilité, même si le mérite en revient avant tout aux joueurs, car ce sont eux les acteurs, et que j’ai toujours considéré qu’ils étaient les plus importants. 

Les titres restent, mais les blessures aussi, à vous entendre ?
Non, il n’y a pas de blessures, c’est la réalité. Vous pouvez considérer que c’est une sorte de bilan. Si je parle comme ça ce soir, c’est parce que nous n’avons plus rien à gagner. Mais il y a deux choses qui sont importantes pour moi : conserver le respect des gens qui me suivent et garder notre fierté. Ce sont deux qualités importantes. Nous avons gagné cette Coupe de la Ligue, qui est peut-être décriée mais qui reste un titre. Elle arrive dans une période difficile mais depuis deux jours, on a tout fait, et les joueurs en premier lieu, pour arriver le mieux armé sur cette finale. Une finale, ça se gagne au mental, et ce soir, nous avons été très forts sur le plan mental. La qualification pour le tour préliminaire de la Ligue Europa est secondaire. Ce soir, j’ai vu un groupe de joueurs qui étaient déterminés, qui avaient envie et qui ont eu le cœur pour aller chercher cette victoire. Mais ça n’effacera rien. 

« Brandao, au niveau rapport qualité-prix, c’est une bonne affaire » 

Est-ce que cela vous donne envie de remporter d’autres titres avec l’OM ?
Là n’est pas la question, on parle de ce qui est acquis et qu’on ne peut pas enlever là. Ça tombe avec moi et j’en suis très fier, car je suis venu pour ça aussi. Mais ce n’est pas pour autant que je perds de la lucidité sur la situation, qui est très difficile, ni sur l’atmosphère, qui est très pesante lorsqu’on est à Marseille. 

Vous avouez que c’était quand même une toute petite finale sur le plan technique ?
Oui, mais notre adversaire a eu aussi une attitude hyper prudente. Ils se sont regroupés très bas. Ils sont capables de faire ça et de repartir vite en contres, donc on avait pris des dispositions. Je m’y attendais, donc on avait préparé le match en fonction de ça. C’était assez fermé, c’est vrai, car les deux équipes savaient très bien que le moindre but pouvait faire la différence. 

Brandao est plus qu’un joker sur un match comme celui-là ?
Malgré tout ce qui a pu être dit, sur un rapport qualité-prix, c’est une bonne affaire. Il a ses qualités et ses défauts, mais il marque quelques buts importants quand même. Après, c’est réducteur de dire que le mec qui est rentré a marqué, donc que mon coaching est gagnant. Non, ce sont les joueurs qui donnent tord ou raison. Loïc Rémy avait fait une bonne performance, mais il était plus tranquille car il avait fait un bon boulot de récupération et de soins avec le staff médical. Ce qui lui a permis d’être dans de meilleures conditions que ces derniers matchs. Mais ça commençait à être un peu dur. Brandao est quelqu’un de généreux. Peut-être que pour les puristes, ce n’est pas un monstre de technique. Mais il faut le mettre son but.

Vous semblez parler comme si vous étiez sur le point de quitter l’OM. Est-ce le cas ?
Non, non, c’est une mauvaise impression. Il ne faut pas interpréter. Je suis l’entraîneur et je le serai jusqu’au dernier match. Je ne parlerai pas de ça, de toute façon. J’ai parlé de bilan car on n’a plus de titre à gagner d’ici la fin de la saison. La saison prochaine ? On en parlera plus tard. Là, j’ai un petit moment de bonheur que j’aimerais savourer, ne me parlez pas de choses qui peuvent un peu fâcher. Des comptes à régler ? Non, aucun. J’essaie d’être lucide, je fais des analyses. Je ne peux pas être toujours objectif, mais je fais attention à chaque mot que je dis. Après, il y a toujours de l’interprétation.

Commentaires

[Sujet supprimé] plus de 2 ans
Championnat plus de 4 ans
Championnat plus de 4 ans
championnat plus de 4 ans
Championnat plus de 4 ans
Championnat plus de 4 ans
coupe plus de 4 ans
championnat plus de 4 ans
championnat plus de 4 ans
bruno poidevin a répondu au sujet COUPE plus de 5 ans
COUPE et coupe plus de 5 ans
championnat plus de 5 ans
championnat plus de 5 ans
championnat plus de 5 ans
championnat plus de 5 ans

Les membres déjà inscrits sur le site de votre club :

  • 1 Dirigeant
  • 1 Arbitre
  • 10 Joueurs
  • 4 Supporters

Aucun événement